Catalogue 2016

133094

recherche

Tri_Paris_2© TRIATHLETE /T.DEKETELAERE
La britannique Jodie Lee Stimpson et son compatriote Alistair Brownlee se sont imposés ce matin à l'aube dans les épreuves Elite féminine et masculine du Triathlon de Paris Ile-de-France, la 3e des 5 manches inscrites au Grand Prix Lyonnaise des Eaux, le championnat de France des clubs de D1. 
 

Les éditions se succèdent, le résultat lui ne change pas. Alistair Brownlee a pris de bonnes habitudes dans la capitale. A 22 ans, le champion du monde sortant a conservé sa couronne sous un temps estival (51 min 10 sec). Il a été le plus véloce pour couvrir les 750 mètres de natation, les 20 km de vélo et 5 km de course à pied proposés aux triathlètes élite.

Un peu plus tôt, la course femme avait consacré l'anglaise Jodie Lee Stimpson (1h00 min 31 sec) vainqueur dans un final à couper le souffle de l'australienne Emma Jackson, pour une poignée de centièmes de seconde (1h00 min 31 sec), et de la tenante du titre chilienne Barbara Riveros (1h00 min 34 sec). Alors que la capitale s'éveillait à peine, les 80 filles s'étaient jetées à l'eau, dès 6h du matin, dans une Seine plutôt clémente (22,5°c). L'épreuve cycliste s'était rapidement réduite à une course d'attente marquée par de nombreux regroupements et il a fallu attendre la course à pied pour assister à la grande explication chez les favorites. Sacrée l'an passé, la native de Santiago, Barbara Riveros, s'est vue priv&eacut e;e du doublé dans les tous derniers hectomètres. Stimpson, la sociétaire du Club de Poissy, a placé une accélération fulgurante dans la côte qui menait à l'arrivée. Seule l'australienne Jackson est parvenue à répondre à son attaque avant d'échouer d'une tête après plus d'une heure d'efforts et de luttes intenses. Rageant forcément…  

Déclarations - Course Elite – Grand Prix Lyonnaise des Eaux  

Jodi Lee Stimpson (GBR), 1er en 1h 00 min 31 sec :
"Je m'impose dès ma première participation ici sur un superbe parcours, je ne pouvais rien espérer de mieux. C'est fantastique pour moi de gagner à Paris. La victoire s'est jouée à peu de chose. Le rythme a été très rapide. Heureusement, j'avais de très bonnes jambes sur la course à pied"  

Alistair Brownlee (GBR), 1er en 51 min 10 sec :
"C'est un jour magique. Je n'avais pas vraiment imaginer quand j'ai commencé le triathlon remporter un jour une telle course, au pied de la Tour Eiffel. J'avais réalisé de belles sorties récemment. Avant le départ, j'étais vraiment confiant. Jusqu'au bout, ça a été serré. Il a fallu attendre le dernier tour de la course à pied pour faire la différence"

Tri_Paris_1 


 

Les triathlètes "marchent" au plaisir  

La rançon du succès. Quelques 1833 concurrents ont participé ce matin à l'épreuve Open du Triathlon Paris Ile de France. La compétition avait drainé un peu moins de 1200 personnes en 2009. Sous un ciel bleu immaculé et dans la bonne humeur, une marée humaine a pris d'assaut les quais de Seine et le fleuve sous l'oeil protecteur de la Tour Eiffel.  

Il fallait du cœur et aimer les bains de foule pour s'attaquer à cette course calquée sur le format olympique : 1500 m de natation, 40 km de cyclisme et enfin 10 km de course à pied pour finir. Trois ans après avoir été remis au goût du jour, le triathlon parisien affichait complet sur un magnifique périple tracé dans les rues du XVI et du VIIe arr. de la capitale. A quelques minutes du départ, donné sous le pont des Invalides, les visages étaient étonnement sereins au sein du peloton. "Je suis impatient d'y aller. Pour moi, il n'y a pas d'enjeu chronométrique. Je lui là pour m'amuser", précise Ludovic, 37 ans, avant son grand baptême du feu. Et les a priori à propos de la qualité de l'eaux ? "Je n'ai pas plus d'inqui& eacute;tude que cela" répond le Bisontin. La notion de plaisir revient comme un leitmotiv dans les conversations. "Je suis là pour profiter et signer une petite performance personnelle si c'est possible" glisse malicieusement Agnès, 41 ans. A quelques mètres de là, Maucourt, 18 ans, n'est pas là pour amuser la galerie. "Je suis un peu stressé" avoue ce junior licencié du Team Lagardère qui "court pour monter sur le podium". Il en faudrait beaucoup plus pour perturber Bernard, affable et rieur. A 68 ans, le doyen de l'épreuve Open, et père de Delphine Py, classée 11e et 1ère française de la course Elite, en a vu d'autres. Depuis 1983, le Montpelliérain enchaîne jusqu'à 10 courses par an. Tout juste reconnaît-il nourrir une petite appréhension en raison d'un problème de ménisque. "Je suis sur une jambe. Alors aujourd'hui je vais d'abo rd essayer de finir" lâche-t-il.  

La montre indique 8h00, le grand plongeon est imminent et les premiers rayons du soleil réchauffent déjà les berges. Les triathlètes s'activent dans leur coin : on s'étire, on s'asperge d'eau, certains tentent malgré la cohue de faire le vide. Il est l'heure maintenant de se mettre à l'eau, de faire le grand saut pour rejoindre la ligne de départ fictive. Pour éviter de dépenser trop d'énergie, les plus malins ont trouvé une astuce : s'accrocher aux kayaks de l'organisation. Ca y est avec quelques minutes d'avance, le stater libère la première vague des 1833 participants. Les bonnets roses visés sur le crâne et l'écume créés par les crawleurs forment un étonnant ballet nautique dans la Seine. Sur les quais, amis, pa rents et collègues donnent de la voix pour encourager leurs favoris. Et même souvent plus. "Allez Mathieu, continue, t'es super, accroche toi". Venu le soutenir avec quatre amis, son père Marc ne tient plus en place, en suivant la progression de son fils. Après avoir avalé les 1500 m de natation jusqu'au Pont d'Iéna en 18 minutes, pas loin des meilleurs, il est accueilli par le sourire des huit pom pom girls. Un court répit. Car après cette parenthèse décalée, le plus dur reste encore à venir pour les nouveaux forçats de la route.  

Déclarations - Course Open Courte Distance  

Arnaud Clivot (FRA), 1er en 1h 49 min 57 sec :
" Mon plus gros soucis aujourd'hui, ce n'était pas la chaleur mais les doutes. Je me suis blessé il y a quelques jours, ce qui m'a empêché de m'entraîner à vélo et à la course à pied. J'espérais déjà pouvoir finir. Quand j'ai vu que mon corps tenait, j'ai réussi à faire le trou assez vite. Ma tactique était d'arriver le plus frais possible sur la dernière épreuve. C'est une victoire spéciale pour moi. L'an dernier, une erreur dans le parc à vélo m'avait privé d'une belle performance. Cet épisode me restait en travers de la gorge. Maintenant, c'est du passé".  

Fabienne Saint-Louis (MAU), 1ère femme et 22e au général en 1h 57 min 14 sec :
"C'est ma 3e victoire d'affilée à Paris mais je ne m'en lasse pas. Cette année, c'est même un peu plus fort avec la Tour Eiffel. J'étais mal pourtant après la natation où le départ a été un peu volé. Je me suis accrochée pour revenir. A la fin du 1er tour de la course à pied, j'avais les jambes tétanisées."

Nathalie Simon (FRA), 1118e en 2h59 min 32 sec :
"La natation, c'était un peu la guerre parce qu'on était nombreux. On se nage dessus.  Certains concurrents font de la brasse et de grands mouvements. Moi, j'avais décidé de partir derrière pour ne pas gêner et au final, j'ai nagé sur beaucoup de personnes. J'ai adoré le vélo. On pouvait rouler en peloton. En revanche, la course à pied était réellement dure. Dès les premiers mètres, on doit grimper une côte monstrueuse. J'avais très mal au dos alors j'ai géré. L'eau de la Seine était très bonne. Je crois qu'on aurait pu se passer des combinaisons. C'était une belle expérience. Merci à ceux qui l'organisait et bravo aux bén&eacut e;voles".  

Fabrice Saint-Louis (FRA), 1er de l'épreuve handisport en 2h 59 min 30 sec
"Pour une fois, j'ai eu un vélo adapté. J'étais plus à l'aise et ça m'a aidé à réaliser un bon chrono. J'ai eu les pires difficultés à boucler le 2e et dernier tour en courant. J'avais des ampoules au pied. Au bout du compte, ça reste un grand souvenir, j'ai pris du plaisir. Il serait bien de renouveler l'expérience à l'avenir pour permettre à des athlètes handisport de s'aligner sur des épreuves Open. Il faut que cela se généralise."  

Plus d'informations sur www.triathlondeparis.fr