Catalogue 2016

133094

recherche

Roc-dAzur2011_1-Crédit Photo: S.BOUE
ROC D’AZUR 2011 : Milatz d’un souffle

Si le scénario fut le même que l’an dernier avec une arrivée au sprint (succès en 2010 de l’Autrichien Alban Lakata), les acteurs ont cette fois changé. Après 2h23’36’’ passées sur les sentiers du Massif des Maures, le champion d’Allemagne de cross country Moritz Milatz a remporté son premier Roc d’Azur (56km) en devançant de quelques centièmes le Suisse Christoph Sauser, 35 ans, qui rêvait d’un doublé après son succès sur le Marathon (83km), vendredi (le Belge Roel Paulissen, avait réalisé ce doublé en 2008 et 2009), et surtout devenir le premier à décrocher trois Roc d’Azur. Echappés dans les dix derniers kilomètres après une première partie de course d’usure où une dizaine de coureurs roulèrent en paquet, les deux hommes se sont livrés une énorme bataille dans les derniers kilomètres. Sauser, vainqueur du Roc d’Azur en 2005 et 2006, portait la première attaque peu de temps avant le chemin des Douaniers. Roc-dAzur-2011_2-Avec une centaine de mètres d’avance après le passage des Douaniers et le difficile passage de la plage, le champion du monde de Marathon 2011 pensait sans doute avoir fait le plus dur. Mais l’Allemand le gardait dans sa ligne de mire et réussissait finalement à recoller sur la piste cyclable à seulement trois kilomètres de l’arrivée. Après une petite période d’observation, Milatz, 8e des Championnats d’Europe 2011, se montrait finalement le plus costaud dans l’ultime ligne droite. « Quand Christoph m’a distancé, je me suis dit que c’était mort, que je ne réussirais pas à recoller, confie le Fribourgeois de 29 ans, déjà trois fois champion d’Allemagne (2006, 2010, 2011) et actuel 11e du classement mondial UCI. Mais je me suis accroché et quand j’ai vu que je reprenais un peu de terrain, j’ai commencé à y croire. Sur la fin, j’avais un peu peur de l’arrivée car je ne connaissais pas trop le profil. C’est très spécial de gagner le Roc d’Azur. C’est vraiment une très belle conclusion pour une longue saison. Je vais maintenant prendre des grandes vacances et me reconcentrer pour la saison 2012 avec évidemment les Jeux olympiques comme objectif. » 

Malgré la légitime déception d’une « défaite » au sprint, Christoph Sauser se montrait lui satisfait de sa course. « J’avais de très bonnes jambes mais avec le Marathon de vendredi, je manquais sans doute un peu de fraîcheur sur la fin. »

Le jeune (22 ans) Belge Sébastien Carabin complète le podium (1er en Espoirs). Un résultat inespéré pour lui. «C’est juste incroyable, s’exclame-t-il les yeux écarquillés. J’espérais juste faire un top 5 en Espoirs. A un moment, je me suis retrouvé en tête de la course et quand je voyais que j’étais devant Sauser, Milatz, etc., je n’en revenais pas. Franchement, j’avais l’impression de ne pas être à ma place. J’étais à fond et mon seul but était de rester le plus longtemps possible avec eux. Alors faire podium au scratch… Quand on voit les pilotes présents ici, c’est comme une course Coupe du monde. Ça va me donner beaucoup de confiance pour la suite où j’espère entrer dans un top 20 de Coupe du monde. »

En 2h31’36’’, Maxime Marotte franchit la ligne en 15e position et signe la meilleure performance tricolore. «Sachant que je me suis couché à 3h30 du matin c’est mieux que prévu, confie-t-il. On a un peu fait la fête mais c’est aussi cela le Roc. La saison est tellement longue que cela fait du bien. On a envie de profiter. J’ai trouvé le circuit très glissant et fuyant. Mais les changements sur le parcours sont sympas. Le parcours change mais l’esprit est toujours là. C’est vraiment une épreuve mythique et j’espère bien là gagner un jour. Maintenant, je vais repartir sur un cycle de cyclo-cross. Il faudra ensuite avoir un premier pic de forme en début de saison pour les quatre premières étapes de Coupe du monde qui donneront les billets pour les Jeux olympiques de Londres. Et si tout va bien, le second pic de forme devra être pour le 12 août, jour des JO. »

Meilleur tricolore vendredi sur le Marathon, Thomas Dietsch, deuxième Français, prend cette fois la 22e place (2h35’09’’). « J’ai pris le départ sans aucune pression ni aucun objectif, dit-il. J’ai juste pensé à appuyer sur les pédales. Et au regard du plateau et de la concurrence, si je finis dans le top 25, c’est que j’ai dû appuyer pas trop mal. Parfois, on déclare que l’on vient juste prendre du plaisir, mais ce n’est pas souvent le cas car on galère quand même pas mal. Mais aujourd’hui, ce fut vraiment le cas. Le Roc est devenu depuis plusieurs années une course que beaucoup cherchent à accrocher à leur palmarès. Personnellement, si on me demande de choisir entre une victoire en Coupe du monde ou une victoire au Roc, je n’hésite pas et opte pour le Roc. Pour arriver à cela, il faut vraiment en faire un objectif, se préparer pour et ensuite espérer avoir de bonnes jambes le Jour J. Il me reste deux ans pour rassembler tous ces éléments. »

Et pendant que tous les champions goûtaient un repos bien mérité dans l’aire d’arrivée, près de 4000 coureurs étaient toujours sur les sentiers du Roc d’Azur. Avec pour beaucoup la seule ambition de boucler le Roc d’Azur 2011. Certains finiront après près de huit heures d’effort, fatigués, parfois épuisés, mais toujours heureux.

Absalon en… spectateur
Double champion olympique (2004-2008) et plus grand vététiste français de l’histoire, Julien Absalon ne manquerait pour rien au monde le rendez-vous du Roc. L’occasion pour lui d’honorer ses sponsors et de rencontrer ses supporters. Un emploi du temps surchargé qui ne lui a pas laissé l’opportunité de prendre le départ du Roc d’Azur. « C’est vrai que ça manque sur mon palmarès, explique-t-il. Mais on ne peut pas tout faire et la saison est déjà longue. Peu de Français brillent d’ailleurs ici car les sollicitations sont multiples au contraire des étrangers qui peuvent davantage rester dans leur bulle et dans la compétition. Mais c’est vraiment très sympa d’être là. L’Allemand vainqueur de cette édition est quand même l’un des meilleurs mondiaux et on a assisté une très belle fin de course. »

Frédéric Salomone : « Aucun n’a voulu lâcher l’affaire »
Directeur de course, Frédéric Salomone dresse un bilan très positif de ce 28e Roc d’Azur. « Les conditions poussiéreuses ont rendu la course difficile. Après quatre jours de course, les sentiers étaient particulièrement glissants. Le profil du Roc est tel avec de longues montées puis de longues descentes qui ne permettent pas de récupérer, il faut être dans une forme physique exceptionnelle pour s’imposer. La première partie de cette édition fut comme souvent une course d’usure. Et puis tout s’est accéléré après la montée du Bougnon avec le départ des deux leaders, Sauser et Milatz. L’arrivée au sprint prouve une fois encore qu’aucun n’a voulu lâcher l’affaire. Il y a de plus en plus de coureurs qui viennent pour gagner. Ils mettent vraiment tout ce qu’ils ont dans le ventre pour afficher le Roc d’Azur sur leur palmarès. C’est une belle reconnaissance de l’épreuve. »

ROC JUNIORS : Petit Suisse deviendra grand
Déjà vainqueur du Roc Challenge, jeudi, le jeune (18 ans) Suisse Sylvain Engelmann n’a pas connu la moindre frayeur pour aller remporter la course junior (42km). Après 1h58’05’’ d’effort, il devance de 5’17’’ le Français Joshua Bednarski et le Belge Pieter Geluykens. « Après ma septième place de l’an dernier, j’espérais juste faire un top 5, raconte-t-il. Je suis parti à bloc dans la première bosse en me disant que soit on m’accrochait et qu’on ferait la course à deux ou trois, soit je m’échappais et qu’il me faudrait ensuite gérer. Ce fut le cas. C’est un peu étrange de faire pratiquement toute la course seul. Le Roc est pour moi l’une des plus belles courses de la saison avec du monde partout sur le parcours. C’est la troisième fois que je viens et avec deux victoires en quatre jours, 2011 restera un très beau souvenir. »

Sacré champion du monde junior il y a un peu plus d’un mois à Champéry, le Français Viktor Koretzky a quant à lui pris la quatrième place. « J’ai roulé avec les premiers en début de course mais en haut du premier col, j’ai pété, explique le champion du monde. Je les avais ensuite en point de mire mais je n’ai jamais réussi à recoller. J’avais complètement coupé l’entraînement en vue de la prochaine saison de cyclo-cross. Je n’ai repris le vélo que jeudi ! Mais c’est important d’être ici au Roc d’Azur. J’y viens depuis que je suis poussin. Et puis il faut montrer le maillot et savourer tant qu’on l’a. ça motive de partir avec le maillot arc-en-ciel sur le dos. »
Chez les demoiselles, la Tchèque Barbora Machulkova a dominé au sprint la vice-championne de France Margot Moschetti. Dix secondes plus tard, l’Allemande Sofia Wiedenroth prenait la troisième place.

ROC CADETS : Impériale Allemagne
C’est au sprint que l’Allemand Lukas Baum a remporté le Roc Cadet devançant d’un rien son compatriote Luca Schwarzbauer et le Norvégien Eirik-Sverdrup Augdal. Neilo Perrin-Garnier finit au pied du podium. « C’est un rendez-vous très spécial car c’est le dernier de la saison, raconte le très disert Lukas. J’avais une petite pression puisque je m’étais déjà imposé l’an dernier. Mon rêve est maintenant de remporter un jour le Roc en Elite. Je travaille à ce rêve chaque jour. Et je reviendrai chaque année ici pour un jour le concrétiser. » 
Victoire allemande également chez les cadettes avec Sofia Wiedenroth devant sa compatriote Franziska Spaniol et l’Italienne Emilie Collomb. Laura Charles, cinquième est la meilleure tricolore.

Quand la loi de la gravité n’existe plus…
Les spectateurs présents samedi sur l’espace animations de la Base Nature de Fréjus avaient sans doute pensé avoir tout vu avec les démonstrations de Lord of Dirt, Freestyl’Air Show, BMX Roc Contest ou encore du Marzocchi Dual Slope Style Roc. Eh bien les champions ont encore fait monter l’ambiance de plusieurs degrés ce dimanche. Avec à chaque fois des tribunes remplies et complètement sous le charme.

Grospiron, des bosses… aux bosses
Champion olympique de ski de bosses en 1992 à Albertville et trois fois champion du monde de la discipline, Edgar Grospiron, chef de mission de la délégation française aux Jeux olympiques d'hiver de la jeunesse 2012 qui se dérouleront en janvier à Innsbrück (Autriche) était ce dimanche au départ du Roc d’Azur. «C’est le seul endroit en France où il fait beau, déclarait-il sur la ligne de départ. Il fallait bien ça pour aller faire 56km, une distance Que je ne fais quand même pas tous les jours. Mais il y a beaucoup de monde comme tous les ans, que ce soit sur la piste ou comme spectateur. Alors cette journée ne va être que du bonheur. »

Cliquez ici pour visualiser les résultats du Roc d'Azur 2011