Catalogue 2016

133094

recherche

Source: Organisation
A deux mois de la clôture des inscriptions, Jean-Marc Fresnel, Président de Paris-Versailles Association, livre quelques-unes des clefs qui concourent au succès de l'épreuve pour laquelle 23 000 coureurs sont attendus.

Jusqu'au 31 juillet, le tarif du dossard est au prix unique de 26 €. A partir du 1er août, le tarif sera de 30 €. Comment s'inscrire ?
A deux mois de la cloture des inscriptions, vous recensez, à date, déjà 43 % d'inscrits (plus de 20 % par rapport à 2010). C'est considérable...
Je crois qu'il ne faut pas faire d'angélisme. Il y a un effet naturel grâce à internet avec des coureurs qui assurent leur participation en anticipant leur inscription. C'est une tendance qui s'affirme année après année.

Certes ce n'est pas un phénomène nouveau...
Il y a un effet de mode de la course à pied avec aussi une participation féminine grandissante (23% à date). Notre épreuve est une course d'entrée de gamme, plus accessible qu'un semi-marathon. De plus en plus de coureurs sont capables de courir pendant une heure : Paris-Versailles leur correspond bien.

En quoi Paris-Versailles reste une course attractive ?
La richesse de l'épreuve, c'est de relier deux villes historiques. La course est forcément associée à ce patrimoine. Elle est unique et le parcours n'a pas varié depuis son origine. Son parcours fait partie de la tradition. J'exagère peut-être un peu mais Paris-Versailles est presque devenu un nom générique.

L'épreuve a connu des difficultés puis vous avez su la relancer ?
Qualitativement, nous avons effacé nos erreurs. Paris-Versailles est perçue comme une course sympathique et agréable avec beaucoup de services. De plus, nous avons mis en place des actions très précises notamment pour gérer les déchets. Tout cela fini par se savoir et il y a un effet boule de neige sur les inscriptions.

Le tarif d'inscription reste abordable. Selon vous, est-ce un point décisif  ?
Nous ne sommes jamais sortis de cette ligne : l'argent n'est pas au centre de notre organisation.  Malgré des services supplémentaires, notamment un tee-shirt de grande qualité, nous avons réussi à maintenir un tarif attractif.

Le Challenge entreprise remporte aussi un vrai succès.
Oui cela marche bien d'autant plus que les entreprises sont incitées à développer le sport en leur sein. La course est un bon vecteur de valeurs, d'appartenance au groupe. Des entreprises utilisent notre événement à un coût abordable. Cela fonctionne bien car nous sommes capables depuis 2009 d'apporter des prestations supplémentaires pour les groupes. Et ça marche.

Comment  voyez-vous l'avenir de Paris-Versailles ?
Si on considère qu'il est de plus en plus difficile d'organiser sur les voies urbaines, je crois que c'est du côté du Trail qu'il faut voir le développement de la course. Les Trails ont de l'avenir et correspondent bien aux attentes des coureurs : une épreuve en pleine nature sans obligation de résultats chronométrés. Certains Trails prennent le pas sur des courses sur route. C'est le sens de l'histoire : à l'avenir il y aura moins de course sur route et ne resteront que les indispensables.

Plus d'infos sur www.ParisVersailles.com