Catalogue 2016

133094

recherche

Traverse_Chamonix_Briancon_2011_1Texte: Robert GOIN
L'histoire a commencé par la simple envie de revenir à la base du trail, de retrouver ses valeurs de découvertes, de défis personnels et collectifs, d’aventures où l’humain reprend sa vraie taille face à la nature. Le parcours de cette traversée est lui aussi simple : relier Chamonix et Briançon, les deux villes symboliques des Alpes, uniquement par un sentier au long cours.

Au départ, une équipe de trois coureurs, tous passionnés de trail et de montagne : Michel Lanne, François d’Haene et Thomas Véricel, qui vont établir un premier temps de référence, en se soumettant à des règles de semi autonomie, de sécurité et d'esprit d’équipe cohérentes à la philosophie de cette aventure trail running et montagne. Les trois coureurs du team Salomon France, feront l’intégralité du parcours sans jamais se séparer, avec une assistance réduite à 3 personnes maxi et 5 points de ravitaillements (Cormet de Roselend, Peisey Nancroix, Tignes, Modane, Névache). Leur avancée sera visible via un relais GPS sur chacun d’eux, gage de sécurité et de contrôle de déroulement.

Traverse_Chamonix_Briancon_2011_2A la mi juillet, cette équipe aura tracé les bases de cette aventure, qui permettra en 2012, à de nombreuses équipes pro, de marques, d’amis, de venir se mesurer à leur chrono, pendant 2 mois, à la date de leur choix, dans les mêmes règles, sur ce retour aux sources.

Paroles d’équipiers

François D’Haene, 25 ans, masseur kinésithérapeute à Florac. En 2011 vainqueur du Signes trail Méounes Belgentier et deuxième en Australie du The North Face 100.

« J’ai envie de vivre avec mes deux équipiers une belle Traversée et de mieux apprendre à gérer mon corps sur un effort très long. C’est une motivation et une préparation au long court qu’il faut envisager. Il faut s’imprégner du parcours, imaginer les distances, les horaires, la fatigue, le sommeil, la faim… Bref essayer de faire en sorte qu’il y ait le moins d’imprévus possibles pendant la Traversée. On s’est donné une fenêtre météo entre le 15 et le 18 juillet afin de tenter de palier à d’éventuelles mauvaises conditions. Nous partirons tôt le matin afin d’avoir une seule nuit complète à passer en montagne. »

Michel Lanne, 26 ans, gendarme au PGHM de Briançon, vainqueur en 2011 du Via Lattea trail, challenge snow trail des Ecrins, trail de Glanum et de Sainte-Victoire.

« Je suis guide de haute montagne, donc montagnard avant de devenir trailer. Ce qui m'a séduit dans la Traversée, c'est que l'esprit de la montagne se dégage de cette aventure et se rapproche complètement de ma vision et de ma pratique de l'alpinisme. J'imagine que 200 kilomètres et environ 35 heures d'effort souderont à jamais notre équipe. L'esprit d'équipe et d'entraide sera notre fil conducteur. Nous savons que chacun pourra se reposer sur l'autre en cas de coup dur. Nous nous préparons sans pression particulière, il s'agit de rallonger un peu les entrainements, mais surtout de s'économiser pour arriver frais le Jour J. Le parcours se fera sur le GR 5 et quelques variantes, tel est le règlement. Il y aura certainement des passages techniques ou aériens, mais pas de glaciers. Nous allons essayer de nous arrêter le moins longtemps possible, sans trop dormir non plus. »

Thomas Véricel, 36 ans, agriculteur en zone de montagne à Bellegarde en Diois ; En 2011 vainqueur de Ventoux trail Blanc, trail des Grads et des Truffières.

« J’avais envie de sortir du contexte compétition et de partager des moments forts avec des amis sans pression de chrono ni de classement, tout en évoluant dans un cadre somptueux. En clair la Traversée c’est ce qu’il me fallait pour nourrir mes nouveaux rêves en course à pied. On va former une cordée et vivre de belles choses. Je suis un peu le vieux de l’expédition, j’aime les gens et le partage, mais ne suis pas le plus aguerri en montagne pure. Michel et François ont beaucoup plus d’expérience que moi dans ce domaine, sportivement parlant François est le plus fort mais on n’est pas là pour parler de niveau : on part, court et arrive ensemble. La logistique demande un minimum de préparation, mais je pense que ce qui est primordial c’est le mental. Il faut se préparer dans la tête à effectuer autant de kilomètres et de dénivelé avec le facteur sommeil à gérer. »

www.salomon.com et  www.facebook.com/pages/LA-TRAVERSÉE