Catalogue 2016

133094

recherche

RB-Elements_CP2-1

Plus que deux semaines avant la première édition du Red Bull Eléments, cocktail unique et détonant, pur concentré de sports extrêmes et d’endurance. La recette ? Une compétition par équipes sur une journée, trois éléments (l’eau, l’air, la terre), quatre sports (aviron, trail running, parapente, vtt), les plus grands champions de chaque discipline et des amateurs confirmés, un format de course inédit. Qui sera le meilleur élément ? Réponse le 21 mai à Talloires sur les rives du lac d’Annecy ! En attendant, les participants se confient sur leur vision de cette course où endurance, technicité et esprit d’équipe sont les maîtres mots. Que pensent-ils du parcours ? Quels sont les moments clés qui vont faire la différence ? Comment se préparent-ils ? Prise de température avec les athlètes des teams phares.

Pierre-Etienne Pollez . Team Adidas / Aviron (Vice champion du monde 2010 en quatre de couple poids léger)

« De l’endurance, il va falloir en avoir en réserve : le parcours de 14 kilomètres est tout simplement six fois plus long que d’habitude ! Autre difficulté : le départ, 50 skiffs en ligne, sans couloir. Ca va être la foire d’empoigne, il va falloir jouer des rames sans rien casser, car notre matos en carbone est très fragile. Outre les qualités d’endurance et cette gestion de l’effort très inhabituelle, le choix des trajectoires peut faire la différence. Comme nous ramons de dos, il faudra se retourner souvent, et si on n’est pas dans le bon wagon, à savoir le premier, on risque de ne pas avoir de contrôle visuel sur les autres concurrents. L’écart le plus important peut se creuser à la fin. Presqu’un kilomètre de course à pied, avec un skiff de 14 kilos et de 7 mètres de long à porter à l’épaule, légèrement sur la tranche, ça va être épuisant et déterminant. Comme lors d’un triathlon, il va falloir changer de type d’effort, terrible physiquement. Ma préparation va consister à travailler le rythme. Sur 2 kilomètres, on est à 40 coups/minute max, alors que là, la cadence sera réglée entre 28 et 30 coups/ minute. »

Thomas Lorblanchet . Team Salomon / Trail running (Champion du monde de trail 2009)

« Le dénivelé est très impressionnant : 1900 mètres en positif sur seulement 11,2 kilomètres, c’est un format inédit, une véritable première pour les traileurs classiques comme moi qui courent des 70 kilomètres, soit 6/7 heures. D’autant que là, plus on monte, plus c’est raide ! Comme l’épreuve est courte, il y a le risque de s’emballer dès le départ. Or l’effort, s’il est mal géré, risque de faire de gros dégâts. Même si les traileurs ne sont que deuxièmes relayeurs, il faut aussi prendre en compte le fait que les rameurs peuvent créer des écarts allant jusqu’à 2 ou 3 minutes. Et que nous partirons donc en décalé, et un peu en aveugle, alors que nous avons l’habitude des départs groupés, avec toujours quelqu’un dans notre ligne de mire. L’autre handicap pour les traileurs « classiques », c’est cette dernière partie « avec les mains », quasiment de la pré-escalade pour franchir notamment ces dalles de granit. La fin de parcours va vraiment faire la différence ! »

Martin Bonis . Team Font-Romeu / Parapente (2ème de la coupe de France 2010)

« Le tracé est ultra technique, beaucoup plus que ce que l’on a l’habitude de faire ! Il va falloir être bon, très bon sur les phases de décollage, ne pas traîner sur la mise en vol, choisir tout de suite les bonnes options tactiques. Et comme les planés ne sont pas très longs mais avec un fort dénivelé (seulement 7 km environ en l.air), la rapidité sur les temps de vol va aussi être déterminante. Le rappel du début pour accéder au premier décollage met aussi la pression : personnellement, je ne sais pas encore comment je vais gérer le matériel, entre le baudrier, la voile, la voile de secours etc. L’autre défi est de courir vite avec la voile en corolle entre les différents atterrissages. Je m’y prépare dans des grosses côtes bien raides avec mon matériel ! »

Arnaud Grosjean . Team Adidas / VTT (Vice-champion de France cross-country marathon 2006)

« C.est un vrai parcours de montagne, un concentré extrême de tout ce qui se fait en vtt ! D’abord, il y a ce dénivelé terrible, 1800 mètres positif mais sur une distance de 25 kilomètres, deux à trois fois moins longue que d’habitude. La première montée, hyper physique, va faire exploser les cuisses et le cœur, il va falloir « avoir la caisse » pour gérer la suite, notamment le passage dans le bikepark et la descente finale de 7 kilomètres avec la lucidité nécessaire. Techniquement, la reconnaissance quinze jours avant la course va nous aider surtout à éviter les pièges en descente. Ce serait trop bête de finir le vélo plié dans un arbre - surtout quand on est le dernier relayeur ! - et à faire les bons choix matériels, notamment en termes de pneumatiques et de braquet. »

RED BULL ÉLÉMENTS, LES ÉLÉMENTS CLÉS

Que ce soit en aviron, en trail running, en parapente ou en vtt, la difficulté sera supérieure aux standards des plus grands championnats. Sur la ligne de départ, cinquante équipes, affûtées comme jamais, s’affronteront sur des tracés ultra-engagés, au cœur d’une nature rude sur plus de 6 314 mètres de dénivelé cumulés (positif et négatif). Adresse, endurance, volonté et esprit d’équipe seront indispensables pendant les 50 kilomètres de l’épreuve, à parcourir en cinq heures pour les meilleurs. Spécialistes de ces sports traditionnellement individuels, les 200 athlètes engagés devront se surpasser dans cette course extrême et puiser au fond de leurs ressources avec, pour objectif, la performance collective.

Un spot magique

Haut lieu du parapente, Talloires n’a pas été choisie au hasard. Cette base 100% Outdoor, nichée sur la rive est du lac d’Annecy, à 447 mètres d’altitude, à 13 kilomètres d’Annecy, est idéalement située au pied du Lanfonnet (1 768 m), des Dents de Lanon (1 824 m) et de la Tournette (2 351 m), le point culminant du lac. Un terrain de jeu polyvalent puisqu’en plus des infinies possibilités de vol libre, le lac permet la pratique de tous les sports nautiques. Quant à la montée de la Tournette, il s’agit d’un parcours mythique pour les traileurs, qui s’y affrontent depuis 12 ans sur l’épreuve du même nom.

Des teams d’élite

Cinquante équipes ont finalement été retenues sur plus de soixante-dix inscriptions. Les meilleurs athlètes de chaque discipline vont côtoyer des amateurs confirmés ou des teams semi-pros. Parmi les têtes d’affiche, l’équipe Font-Romeu, emmenée par la star du trail running Kilian Jornet Burgada, l.équipe Adidas avec Thierry Breuil, triple champion de France de trail 2008, 2009, 2010 ou encore une équipe d’Autriche avec le parapentiste Wendelin Ortner, crédité de six victoires au Red Bull Dolomitenmann. Les équipes d’amateurs confirmés ou semi-pros constituent quant à elles plus de la moitié du plateau. Leur objectif : se dépasser pour bien figurer au classement général. C’est le cas du team « Brut de fleurs », équipe cent pour cent féminine ou des frères Richard, qui ont monté une équipe familiale et locale.

Plus d'infos sur www.redbull.fr/cs/Satellite/fr_FR/Event/Red-Bull-Elements-021242930973225