Catalogue 2016

133094

recherche

Suite à la présentation de la Haute Route aux médias spécialisés et aux cyclistes dans plusieurs pays, les premières inscriptions ont été confirmées ! OC ThirdPole, organisateur de cette nouvelle cyclosportive à étapes à travers les cols mythiques des Alpes, attend entre 500 et 600 participants lors de la première édition qui aura lieu du 21 au 27 Août 2011.

Présentée comme la plus haute et l’une des plus difficiles cyclosportives en Europe, la Haute Route voit les premières inscriptions arriver de Suisse, de France, d’Angleterre mais également de plus loin, et les participants affichent une très forte motivation pour relever le défi proposé par la Haute Route : « Pouvoir traverser les Alpes et les cols légendaires en une semaine est un challenge inimaginable et un rêve pour tous les passionnés de vélo comme moi » a commenté Philippe Noviant, le tout premier coureur à avoir finalisé son inscription en ligne. (L’interview complète de Philippe est disponible ci-dessous).

Pour finaliser votre propre inscription, rendez-vous sur http://www.hauteroute.org

Les inscriptions reçues avant le 31 Décembre 2010 bénéficieront d’une remise… Faites de la Haute Route votre bonne résolution du Nouvel An !

Les organisateurs ont également créé une nouvelle catégorie pour les équipes entre 4 et 9 personnes. Cette catégorie s’ajoute aux catégories solo (masculin et féminin) et duo (masculin, féminin et mixte). Chaque coureur sera classé en individuel et contribuera, le cas échéant, aux classements Duo et Team. Pour la nouvelle catégorie Team, les 4 meilleurs temps de chaque équipe seront pris en compte chaque jour : «Nous pensons que cette nouvelle catégorie attirera de nombreux cyclosportifs qui souhaitent participer en équipe, soit parce qu’ils s’entraînent et courent déjà ensemble, soit tout simplement pour partager le plaisir et les efforts au sein d’un groupe. » a déclaré Jean-François Alcan, Directeur de la Haute Route. « Nous observons une demande grandissante de la part des équipes d’entreprises et nous souhaitons pouvoir y répondre. Avec son format de 7 étapes en 7 jours et au regard de la difficulté du parcours, la Haute Route sera une cyclosportive exigeante. C’est un vrai challenge pour les coureurs et les cyclistes qui sont bien entraînés et veulent partager et vivre une formidable aventure humaine ensemble. »

Pour en savoir plus sur les inscriptions pour les groupes et entreprises : Karen Belli : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Pour visualiser l’animation du parcours (7 étapes, 720km, 14 cols mythiques, dénivelé positif cumulé de 17 000 mètres), cliquez ici

Premier inscrit officiel – interview avec Philippe Noviant

Q: Quelles sont les raisons de votre inscription à la Haute Route?
A: C’est quand même un sacré challenge ! Pouvoir traverser tous les cols mythiques des Alpes en une semaine, c’est une expérience incroyable et ça fait franchement rêver quand on est un petit cycliste passionné. En plus du parcours mythique, avec la Madeleine, le Télégraphe, le Galibier… à titre personnel j’apprécierai de refaire le Col du Granon que j’ai fait cet été dans des conditions climatiques épouvantables : on m’avait dit qu’il y avait une vue superbe, et je n’ai vu que du brouillard impénétrable à dix mètres ! Ce sera donc une belle occasion pour moi de prendre une revanche sur ce col. Sans oublier le mythique Col de l’Izoard qui est, pour moi, le plus beau col des Alpes : le paysage est tout simplement merveilleux avec ces rochers et ces pics qui semblent tenir debout tout seuls.

Q: En quoi la Haute Route est-elle une cyclosportive particulière?
A: C’est le fait que ce soit une cyclosportive à étapes à travers les Alpes et à travers ses plus belles difficultés. En somme, un mini Tour de France pour les amateurs. Pouvoir enchaîner tous les cols mythiques des Alpes en une semaine est une expérience irremplaçable pour un cycliste.

Q: Quels sont selon vous les moments forts du parcours?
A: S’il ne faut en citer qu’un, c’est forcément l’étape marathon de 162km avec l’enchaînement des cols de la Madeleine, du Télégraphe et du Galibier. Mais, je ne peux me résoudre à ne pas citer les cols d’Izoard et du Granon pour les raisons évoquées précédemment.

Q: Pouvez vous nous en dire un peu plus sur votre préparation physique?
A: Je roule tous les jours pour me rendre sur mon lieu de travail. Résultat, la bagatelle de 60 km aller-retour au quotidien. Cependant, cet entraînement ne sera qu’une base. En plus, je prévois d’attaquer des séances de fractionné en montée et d’importantes séances d’ascension. Il faudra absolument que je cumule 60 000 mètres de dénivelé sur un an entre août 2010 et août 2011. En avril, je prévois un stage d’une semaine d’ascension du Mont Ventoux. En juin, je me suis inscrit à l’Ardéchoise sur 4 jours ainsi qu’au Brevet de Randonneur des Alpes. Avec le Challenge du Vercors (160 km) en mai, ça devrait me donner au total une bonne préparation. Mais même avec tout ça, je crains d’arriver bon dernier sur l’épreuve. Je sais que ça sera dur car j’ai un morphotype qui est à l’opposé d’un bon grimpeur avec mon 1m80 et mes 82kg. Mais enfin, l’essentiel est bien de participer.

Q&A avec Jean-Francois Alcan, Directeur de la Haute Route

Q: D’où provient l’idée de la course?
A: Je cherchais une idée de cyclosportive un peu magique, une épreuve qui sorte de l’ordinaire. A la suite d’une discussion avec Philippe Lesage de Vélo 101, nous avons imaginé une grande traversée des Alpes qui rejoindrait la Méditerranée après avoir vaincu les grands cols mythiques. J’y ai cru dés le début car c’est un rêve pour tous les cyclosportifs, un vrai challenge !

Q: Quelle est la partie la plus difficile du processus d’organisation d’un tel événement?
A: Le premier challenge sera de transporter, chaque jour, des cyclistes amateurs d’un point à l’autre. Ce n’est pas dans leurs habitudes, donc nous devons prévoir une logistique très descriptive et tour prévoir jusqu’aux moindres détails (plans des sites, village, hébergement, horaires…). Ensuite, bien évidemment, il faudra sécuriser le parcours et mettre en place le dispositif d’assistance médicale. Les négociations avec les autorités compétentes seront capitales, même si ce n’est jamais simple de négocier des fermetures de routes et d’obtenir les validations des Préfectures.

Q: Logistiquement, que représente le déplacement du « Village » au quotidien pendant la course ?
A: Nous allons prendre en charge les affaires personnelles des coureurs, c’est-à-dire leur sac et leur housse à vélo. Nous remettrons à chaque coureur un sac officiel de 120 litres qui devra obligatoirement être utilisé par chaque participant de Genève à Nice. L’hébergement sera également au centre de toutes nos attentions, puisque certains participants souhaitent que nous le gérions pour eux. Ensuite, pour le reste des aspects logistiques, une partie de l’organisation sera mise en place par les villes hôtes, notamment les lignes départ / arrivée, la salle pour la Pasta Party ou encore certaines structures utiles au montage du Village.

Q: Qu’est ce qui fait de cet événement, un événement unique dans son domaine?
A: La Haute Route est la plus haute et l’une des plus difficiles cyclosportives en Europe. Ses caractéristiques sont hors norme : 720 km, 17,000 mètres de dénivelé positif, 7 étapes en 7 jours. La Haute Route traversera 14 cols mythiques, dont la Madeleine, le Galibier, l’Izoard et le Cime de la Bonnette, et reliera Genève à Nice, deux villes internationales.

Q: En quoi ton expérience t’aide-t-elle dans l’organisation de la Haute Route?
A: Après avoir créé et dirigé pendant 17 ans l’une des plus belles cyclosportives, il me semble que ma connaissance du milieu du cyclosport et du fonctionnement des collectivités publiques, mais aussi la maîtrise de la sécurité et de la logistique propre à ce type de course, sont des atouts majeurs quand on crée un événement de l’envergure de la Haute Route.

Q: Quelle est ta vision du cyclisme en Europe? En quoi les événements amateurs à forte participation change la vision du sport en général?
A: Je constate que le vélo prend une importance grandissante dans notre vie de tous les jours, et l’évolution est la même partout en Europe. Faire du vélo est devenu un mode de vie tendance, associé au bien-être et à la santé, qui se partage en famille ou avec ses amis. Le vélo est un sport convivial et chaleureux, c’est le sport de proximité par excellence, et il génère un enthousiasme croissant en France comme au Royaume-Uni.

Les cyclosportifs sont des passionnés, mais ce ne sont pas nécessairement de grands compétiteurs. Ils aiment se lancer des défis et se surpasser, en se retrouvant sur des événements avec plusieurs centaines ou milliers de participants. Les cyclosportives connaissent un engouement de plus en plus important car elles permettent de pratiquer un sport magnifique, de vivre un expérience et de découvrir des paysages inoubliables.

Q: La Haute Route est une course extrêmement difficile, quel genre de coureurs est attendu ?
A: La Haute Route sera une cyclosportive exigeante du fait de son format sur 7 jours, de sa distance et de son dénivelée. Il s’agit d’un vrai défi pour des coureurs et des cyclosportifs qui s’entraînent régulièrement et qui, au-delà du sport, souhaitent vivre et partager une aventure humaine. Je pense que de nombreuses nationalités seront représentées car les Alpes et les grands cols font rêver dans le monde entier.

Q: Peux-tu nous en dire un peu plus sur le parcours et ses difficultés ?
A: Le parcours comporte 7 étapes avec des formats variés. Il y aura des difficultés au programme de chaque journée, avec en moyenne 2 à 3 cols / ascensions par jour. Il faudra bien gérer l’enchaînement des différentes étapes, et garder suffisamment de fraîcheur physique et mentale jusqu’au dernier jour.

Voici le programme de la Haute Route 2011 :
- 4 étapes en ligne entre 80 et 120 km, avec 2 à 3 cols à gravir
- 1 étape marathon de 160 km avec l’ascension du mythique Galibier
- 1 étape contre-la-montre, grande première pour les cyclosportifs, le lendemain de l’étape marathon : la montée du Col de Granon (12 km)
- 1 étape de prestige, la dernière, avec un défilé sur la Promenade des Anglais

Plus d’infos sur http://www.hauteroute.org