Catalogue 2016

133094

recherche

Ayana/Dibaba, main dans la main à la poursuite du record

L'événement est programmé à 20 h 25 tapantes, samedi 4 juillet 2015 au Stade de France. Deux jeunes femmes de 23 et 24 ans, Almaz Ayana et Genzebe Dibaba, vont unir leurs foulées, leurs forces et leurs ambitions pour tenter de battre le record du monde du 5 000 m. Les deux Ethiopiennes, les deux stars du demi-fond féminin mondial, se sont données rendez-vous au MEETING AREVA pour s'attaquer, dans la même course, au chrono 14'11''15 établi par Tirunesh Dibaba en 2008 à Oslo.

Almaz Ayana, la plus jeune, avait coché depuis plusieurs semaines la date du 4 juillet pour y organiser sa tentative. Elle s'en savait capable depuis sa victoire en IAAF Diamond League à Shanghai, le 17 mai, en 14'14''32, la meilleure performance mondiale de l'année. Genzebe Dibaba, plus âgée de neuf mois, en tête du classement de l'IAAF Diamond League, victorieuse à Eugene en 14'19''76, a décidé de se joindre à sa compatriote. Elle a souhaité se glisser dans la course, au Stade de France, avec la volonté affichée de partager avec Almaz Ayana le train de l'épreuve.


Les deux jeunes femmes ont un objectif commun, le record du monde. Mais, fait rarissime, elles ont choisi de s'allier pour parvenir à leurs fins. Deux lièvres se succéderont pour lancer la course sur les meilleures bases, l'Ukrainienne Tamara Tverdostup, puis la Kényane Irène Jelagat. Il restera ensuite aux deux rivales éthiopiennes à accorder leur rythme pour effacer Tirunesh Dibaba des tablettes. Et, en prime, offrir au MEETING AREVA le premier record du monde de son histoire.


Bohdan Bondarenko n'aura, hélas, pas cette opportunité. Le sauteur en hauteur ukrainien a déclaré forfait pour la réunion francilienne. Il souffre d'une vieille douleur au pied, réveillée la semaine passée lors d'un concours organisé dans les rues de Bakou, en marge des Jeux Européens. Une compétition où il n'avait pas pu faire mieux que 2,15 m, héritant de la dernière place. Mais son absence ne devrait pas empêcher le Qatarien Mutaz Essa Barshim de lancer un nouveau défi au record du monde de la hauteur (2,45 m), détenu depuis 1993 par le Cubain Javier Sotomayor.


SAUT EN LONGUEUR MASCULIN 18 H 25

L'un des concours les plus serrés et indécis de la soirée, à l'image d'une discipline sans véritable leader. Le Russe Aleksandr Menkov, champion du monde en titre, présente les meilleurs états de service. Il s'est imposé le 17 mai à Shanghai, en IAAF Diamond League, avec 8,27 m, son record de la saison. Mais l'Américain Michael Hartfield, peu connu sur le circuit, a réussi une performance identique trois jours plus tard à Pékin. Le Français Kafétien Gomis, médaillé européen en 2010 (argent) et 2014 (bronze), est en grande forme. Il vient de battre son record personnel, le 20 juin, en réalisant 8,26 m aux championnats d'Europe par équipes à Cheboksary.

 

DISQUE MASCULIN 18 H 35

Le Polonais Piotr Malachowski, vice-champion du monde en titre (et médaillé d'argent aux Jeux de Pékin en 2008), pointe en tête au classement de l'IAAF Diamond League. Il a déjà lancé à deux reprises cette saison au-delà des 65 m : 65,87 m à Hengelo, puis 65,59 m à Eugene. Mais le Jamaïcain Jason Morgan, au palmarès encore peu fourni malgré ses 32 ans, occupe la tête du bilan mondial avec 68,19 m, son record personnel, une performance réalisée le 6 juin à Pearl, aux Etats-Unis. Dans un concours d'une grande densité, il faudra également suivre de près l'Allemand Christoph Harting, 24 ans, qui a pulvérisé son record de près de 3 m, cette saison, pour le porter à 67,93 m.

 

Meeting-areva-4-juillet-2015-Dibaba-Genzebe-Ayana-Almaz-favoris-programme

 

POIDS FÉMININ 18 H 50

Evènement au Stade de France : le retour à la compétition de Valerie Adams. La Néo-Zélandaise n'a plus lancé officiellement en compétition depuis le début du mois de septembre dernier. Quelques semaines plus tard, elle était opérée à Auckland du coude droit et de l'épaule gauche. Depuis, elle a suivi une longue convalescence, avant de reprendre l'entraînement à Macolin, en Suisse. Au mois de mai, elle avait expliqué lors d'une conférence de presse téléphonique qu'elle ne reprendrait pas la compétition avant d'avoir retrouvé tous ses moyens. Elle a choisi le MEETING AREVA pour effectuer sa première sortie de la saison. Elle y retrouvera les deux lanceuses actuellement en tête du bilan mondial, l'Allemande Christina Schwanitz (20,77 m cette saison), leader du classement de la Diamond League, et la Chinoise Lijiao Gong (20,23 m).

 

PERCHE FÉMININE 19 H 00

En l'absence de la Russe Yelena Isinbayeva, la perche féminine se cherche un leader. Trois athlètes dominent le bilan mondial de la saison : l'Américaine Jennifer Suhr (4,82 m cette année), championne olympique en 2012, la Brésilienne Fabiana Murer (4,80 m), championne du monde en 2011, en tête du classement de la Diamond League, et la Grecque Nikoleta Kiriakopoulou (4,80 m). Elles sont toutes les trois présentes au MEETING AREVA. Un match à trois qui pourrait être arbitré par l'Allemande Silke Spiegelburg, victorieuse avec 4,75 m du concours des championnats d'Europe par équipes, le 20 juin à Cheboksary. Côté français, Marion Lotout cherchera à profiter du concours pour améliorer son record personnel (4,60 m), établi le 13 juin à Grenoble.

 

PERCHE MASCULINE 19 H 28

L'un des grands moments de la soirée. En tête de liste, Renaud Lavillenie, le recordman du monde, athlète de l'année IAAF en 2014. Le Français est un habitué du MEETING AREVA. Il y vient tous les ans. Et il y gagne tous les ans. Mais il n'a jamais encore pu y atteindre ou dépasser les 6 m. Il en a fait son objectif pour l'édition 2015. En tête du classement de l'IAAF Diamond League, Renaud Lavillenie n'aura pas la partie facile dans un concours où se présenteront la plupart des hommes en forme de la saison : l'Allemand Raphael Holzdeppe, champion du monde en titre, qui vient d'améliorer son record personnel avec 5,92 m lors d'un concours officiel dans les rues de Bakou ; le Brésilien Thiago Braz, auteur de la même performance dans ce concours organisé en marge des Jeux Européens, soit un nouveau record d'Amérique du Sud ; le jeune Américain Sam Kendricks (5,82 m) ; les Polonais Piotr Lisek et Pawel Wojciechowski (5,80 m tous les deux) ; le Grec Konstantinos Filippidis.

 

400 M HAIES FÉMININ 20 H 05

En tête du classement de la Diamond League, la Jamaïcaine Kaliese Spencer semble de taille à accentuer encore son avance. Victorieuse cette saison à Shanghai, Oslo et Birmingham, elle court derrière un chrono plus proche de son record personnel (52''79 en 2011). A suivre, l'une des nouvelles venues de la saison, Adekoya Oluwakemi, la jeune athlète de Bahreïn (22 ans), créditée cette saison d'un temps de 54''31, son record personnel. A suivre, également, l'Américaine Cassandra Tate, vice-championne des Etats-Unis le 28 juin à Eugene, avec un nouveau record personnel (54''01).

 

Meeting-areva-4-juillet-2015-Dibaba-Genzebe-Ayana-Almaz-favoris-programme1

 

SAUT EN HAUTEUR MASCULIN 20 H 10

Un sommet de la réunion, à tous les sens du terme. L'homme le plus haut du monde cette saison, le Qatarien Mutaz Essa Barshim (2,43 m), participe pour la première fois au MEETING AREVA avec l'intention d'y viser le record du monde (2,45 m par le Cubain Javier Sotomayor). Il s'est imposé en Diamond League à Shanghai et Eugene. Il pointe en tête au bilan mondial avec un saut à 2,41 m. Il mène le classement de l'IAAF Diamond League. Le reste du concours promet une compétition dense et serrée, grâce notamment à la présence de l'Américain Erik Kynard, qui vent d'égaler son record personnel (2,37 m) en devenant champion des Etats-Unis, et de l'Italien Marco Fassinotti, auteur d'un saut à 2,33 m à Oslo, son record personnel.

 

TRIPLE SAUT FÉMININ 20 H 12

Sur le papier, le concours du MEETING AREVA prend l'allure d'un match à deux entre la Russe Yekaterina Koneva et la Colombienne Caterine Ibargüen. La première, championne du monde en salle l'an passé, est la seule athlète ayant dépassé cette saison la ligne des 15 m. Elle a réalisé 15,04 m à Eugene, le 30 mai, son record personnel. La seconde, championne du monde en 2013 à Moscou, vice-championne olympique à Londres, mène le classement de l'IAAF Diamond League. Sa meilleure performance de l'année : 14,88 m. Les autres engagées semblent un ton en-dessous, mais il faudra garder un oeil sur la jeune Bulgare Gabriela Petrova, 23 ans, qui a battu son record personnel de 51 cm, le 8 juin à Prague, pour le porter à 14,64 m.

 

400 M MASCULIN 20 H 16

Champion du monde du 400 m en 2011 à seulement 18 ans, médaillé d'or olympique l'année suivante à Londres, Kirani James sera l'attraction de ce 400 m. Le prodige de la Grenade détient le meilleur chrono mondial de la saison (43''95), il l'a emporté à Eugene et Shanghai et, logiquement, mène le classement de l'IAAF Diamond League. Il devra néanmoins garder un œil sur la surprise de l'été au tour de piste, le Sud-Africain Wayde Van Niekerk, 22 ans, auteur d'un temps de 44''24, son record personnel, le 13 juin à New York. En arbitre, le Belge Jonathan Borlée, le Saoudien Yousef Ahmed Masrahi et l'Américain David Verburg. Le danger pourrait venir de ce dernier, en grande forme actuellement, comme le prouve son titre américain, assorti d'un nouveau record personnel (44''41 en ½ finale).

 

5 000 M FÉMININ 20 H 25

Le record du monde (14'11''15 par Tirunesh Dibaba en 2008 à Oslo) sera sérieusement en danger pendant les 12 tours et demi de la course. Elles sont même deux à l'avoir en ligne de mire. Deux Ethiopiennes nées à quelques mois d'intervalle, Almaz Ayana et Genzebe Dibaba. La première a signé à Shanghai, le 17 mai, la meilleure performance mondiale de la saison avec un temps de 14'14''32. La seconde, en tête du classement de l'IAAF Diamond League, l'a emporté à Eugene en 14'19''76. Les deux jeunes femmes ne cachent pas leur intention de s'attaquer au record du monde sur la piste du Stade de France. Leur lutte pour la victoire peut faire des miracles.


JAVELOT FÉMININ 20 H 38

Les meilleures lanceuses de la saison se sont données rendez-vous au Meeting AREVA. La Sud-Africaine Sunette Viljoen (66,62 en 2015), l'Australienne Kimberley Mickle (66,57 m), l'Américaine Kara Winger (66,47 m), la Slovène Martina Ratej (65,75 m)... Sans oublier la reine de la discipline, la Tchèque Barbora Spotakova, double championne olympique (64,10 m cette saison). En jeu, en plus de la victoire, la première place au classement de la Diamond League, actuellement occupée par trois lanceuses, toutes présentes au Stade de France : l'Israélienne Marharyta Dorozhon, la Chinoise HuiHui Lu, l'Allemande Christina Obergföll.

 

800 M FÉMININ 20 H 46

L'attraction de la course, et surtout sa grande favorite, sera la Kényane Eunice Jepkoech Sum. Championne du monde en 2013 à Moscou, elle mène actuellement le classement de la Diamond League. Sa victoire à Eugene, le 30 mai, l'a placée en tête du bilan mondial de la saison, avec un chrono de 1'57''82, proche de son record personnel (1'57''38 en 2013). Elle semble au-dessus du lot, mais devra se méfier de la Cubaine Rose Mary Almana, 22 ans, qui a battu son record personnel fin mai avec un temps de 1'59''35.


100 M FÉMININ 20 H 56

Difficile de sortir une favorite d'une liste de départ où se côtoie une demi-douzaine d'athlètes ayant franchi cette saison la barre des 11 secondes. La Jamaïcaine Shelly-Ann Fraser-Pryce, double championne du monde (2009 et 2013) et olympique (2008 et 2012), possède le meilleur chrono de la saison (10''79), à égalité avec l'Américaine English Gardner, également présente. L'Ivoirienne Murielle Ahoure pointe en tête du classement de l'IAAF Diamond League. Championne d'Europe en titre, la Néerlandaise Dafne Schippers, l'une des attractions de la course, a battu cette saison son record personnel, descendant pour la première fois de sa carrière sous les 11 secondes (10''94), le 24 mai à Hengelo.


3 000 M STEEPLE MASCULIN 21 H 06

Sauf énorme surprise, le vainqueur devrait être kényan. Reste à deviner son nom, un exercice peu aisé. A 33 ans, Ezekiel Kemboi n'a rien perdu de sa pointe de vitesse. Le champion olympique, et triple champion du monde, a dominé la concurrence à Eugene, signant au passage le meilleur temps mondial (8'01''71). Plus jeune de presque 10 ans, son compatriote Jairus Kipchoge Birech pointe en tête au classement de l'IAAF Diamond League, grâce notamment à ses victoires à Shanghai et Oslo. A seulement 20 ans, Conseslus Kipruto représente sans doute l'avenir de la spécialité, comme en attestent ses titres mondiaux en cadets (2011) puis juniors (2012). Yoann Kowal, le Français de la course, pourrait profiter du train pour améliorer son record de la saison (8'18''38).


110 M HAIES MASCULIN 21 H 30

Pluie d'étoiles au Stade de France. En vedettes étrangères, les Américains Aries Merritt, champion olympique et recordman du monde, David Oliver, médaillé d'or mondial en 2013, le Cubain Orlando Ortega (13''01 l'an passé, 13''14 cette saison), le Russe Sergey Shubenkov, champion d'Europe en titre. Dans le camp français, l'explosif Pascal Martinot-Lagarde, victorieux en Diamond League à Eugene avec 13''06, Dimitri Bascou, Garfield Darien et le jeune Wilhem Belocian, champion du monde juniors l'an passé. Le record du meeting, un chrono supersonique de 12''88 réalisé par le Cubain Dayron Robles en 2008, sera en danger.


1 500 M MASCULIN 21 H 40

La discipline ne manque pas de densité, cette saison, mais elle peine à se trouver un leader. La course du MEETING AREVA en sera le reflet : riche en postulants mais extrêmement ouverte. Le Kenyan Silas Kiplagat, en tête du classement de l'IAAF Diamond League, semble le plus costaud (il possède un record personnel à 3'27''64), mais il n'a pas encore eu l'opportunité cette saison de signer un temps de référence. Robert Kiptoo Biwott, le jeunot de la course, seulement 19 ans, n'a peur de rien. Champion du monde cadets en 2013, il s'est offert un succès de prestige chez les seniors en s'imposant le 24 mai à Hengelo (3'33''64). La curiosité : la présence de l'Algérien Taoufik Makhloufi, le champion olympique en titre, qui a choisi la réunion francilienne pour sa première sortie de la saison.

 

100 M MASCULIN 21 H 50

La star. L'attraction. Et l'inconnue. Usain Bolt, l'homme le plus rapide de l'Histoire, offre par sa seule présence une fin en apothéose au MEETING AREVA 2015. En temps normal, la seule question à se poser aurait été de savoir quel chrono le sextuple champion olympique pouvait réussir. Cette fois, sa ligne droite sur la piste du Stade de France sera observée avec une fascination mêlée de curiosité. Le Jamaïcain a effectué une seule sortie sur la distance, cette saison, réalisant un modeste temps de 10''12 le 19 avril à Rio de Janeiro. Absent aux championnats de la Jamaïque, le week-end dernier, il a réservé à la réunion française sa véritable rentrée internationale. Une aubaine pour les organisateurs. Avec la présence au départ des Américains Michael Rodgers et Ryan Bailey, du vétéran Kim Collins, des Jamaïcains Nesta Carter et surtout Asafa Powell, champion national le 26 juin avec 9''84, ou encore du Français Jimmy Vicaut, le moindre faux pas pourrait coûter à Usain Bolt son invincibilité au MEETING AREVA.