Catalogue 2016

133094

recherche

 

 

Résultats Roc d'Azur Hommes 2013

Le Roc d’Azur hommes a une fois encore proposé une course hors norme. Avec deux champions olympiques sur le podium, l’édition 2013 restera dans l’histoire. A 37 ans, le Français, champion olympique et champion du monde en 2000, a remporté la 30e édition du Roc d’Azur devant le champion d’Allemagne Milatz et le Tchèque Kulhavy, médaillé d’or à Londres en 2012. Un final en apothéose pour une édition 2013 ensoleillée qui aura une fois encore marqué les esprits. 

Le Roc d’Azur est un cocktail détonnant d’émotions. Des émotions à l’avant bien sûr avec les meilleurs pilotes de la planète, mais aussi pour ces 5000 coureurs venus participer à un événement qui rythme chaque année leur fin de saison. Le chrono devient alors accessoire. Un seul mot d’ordre : plaisir. Le plaisir de rouler dans une carte postale au milieu du massif des Maures, celui de partager des moments intenses entre potes, celui de se retrouver un dimanche matin dans une ambiance unique à cette grand-messe du VTT.

Il leur aura fallu trois, quatre, cinq ou parfois même six heures pour parcourir les 56km et emprunter les lieux mythiques de la course comme le Bougnon, le col de Valdingarde, la plage de la Galiote, le chemin des Douaniers... Mais au bout de leur effort, ils auront gravé à leur tour leur nom dans la grande histoire du Roc d’Azur.

Roc-Azur-Hommes-2013-SBOUE

ROC D’AZUR HOMMES : Eternel Miguel Martinez !

Son cri de joie résonnera longtemps dans le massif des Maures. Ecroulé dans l’aire d’arrivée, Miguel Martinez, épuisé, savoure cet instant. Au terme d’un sprint intense, le Français a remporté son troisième Roc d’Azur, seize ans après sa première victoire, en 1997 (succès également en 2004). Le champion olympique 2004 et champion du monde 2000, à 37 ans, a constamment été aux avant-postes de cette 30e édition qu’il avait soigneusement préparée depuis plusieurs semaines. Dès la mi-course, il prenait ses distances en compagnie de l’Allemand Moritz Milatz, vainqueur ici en 2011, et de Stéphane Tempier, tenant du titre. Derrière, un groupe de poursuivants emmené par le champion olympique tchèque Jaroslav Kulhavy tentait de revenir. En vain. A une dizaine de kilomètres de l’arrivée, Tempier, encore sous le coup du décalage horaire après son périple en Malaisie le week-end dernier, était le premier à lâcher. Le champion d’Allemagne faisait alors beaucoup d’efforts pour lâcher le Français. Mais fort de son expérience, Martinez réussissait à s’accrocher. Légèrement décroché dans le sprint final, il profitait d’une trajectoire trop large de Milatz dans le dernier virage pour s’engouffrer à l’intérieur et aller chercher un incroyable succès.

Vice-champion de France cette saison derrière Julien Absalon (le double champion olympique était présent ce dimanche sur le Roc d’Azur en spectateur), deux fois neuvième sur des étapes de Coupe du monde cet été, Martinez confirme ainsi son retour au premier plan international. A 1’47’’, le champion olympique en titre complète le podium devant l’Allemand Hannes Genze et le Suisse Christoph Sauser, lui aussi un ancien vainqueur (2005, 2006). Le Suisse Reto Undergrand remporte le classement Espoirs devant le Belge Didier Bats et le Suisse Sylvain Engelmann.

Miguel Martinez (FRA, 1er en 2h14’59’’) : « C’est énorme. Ce n’est pas une victoire en Coupe du monde, mais c’est encore plus fort car pour moi le Roc d’Azur est la plus belle course au monde. Dans les derniers mètres, j’ai cru que c’était mort mais Milatz est sorti trop large d’un virage et j’en ai profité. C’est peut-être étrange, mais j’ai vu l’image d’Alain (Bianchi, ancien directeur sportif de l’épreuve, décédé en 2010). Il m’a accompagné toute la course. Gagner le Roc, c’est unique. J’y pensais depuis le milieu de saison. C’était mon jour. La course s’est vite mise en place. Tempier était fort au début. Moi, j’ai joué un peu à l ‘économie et heureusement car j’avais des crampes à la fin. A 37 ans, je suis fier de cette victoire. C’est aussi un message pour les anciens qui hésitent à poursuivre leur carrière. Quand on veut, on peut. Et pour les jeunes, ça va les pousser un peu. Je suis sûr que la France va encore briller. J’ai eu plusieurs vies. La première quand j’étais jeune où seule la victoire m’importait. Dans la deuxième, j’étais plus orienté sur le business et les à-côtés. Et j’ai compris que ce qui me faisait vibrer, c’était le VTT. C’est ça que je fais le mieux et que j’aime le plus. Voilà pourquoi je suis revenu. Pour les JO de Rio en 2016, c’est encore loin. Mais j’ai resigné dans une équipe (FRM Factory Racing Team) pour 3 ans… Alors on verra bien. »  

Moritz Milatz (ALL, 2e) : « Je suis très déçu de la façon dont s’est déroulé le sprint. Je pense que j’étais le plus fort. Dès le début de la journée, je me suis senti bien, c’est vraiment rageant. »

Stéphane Tempier (FRA, tenant du titre, 7e) : « Malgré le voyage retour de Malaisie et les nombreuses sollicitations sur le village samedi, j’avais quand même de bonnes jambes. Il m’en a quand même manqué un peu pour tenir le rythme jusqu’au bout et j’ai complètement lâché sur la fin. »

TRI ROC : Fréjus sur la route d’Hawaï

Pour la seconde année, la plage bordant la base nature de Fréjus a connu une animation inhabituelle à l’heure du Tri Roc. Dimanche matin, ils étaient près de 500 à plonger dans la Méditerranée pour 1500m avant de partir en VTT pour 23km et de courir 12km sur la base nature. L’occasion pour les meilleurs de préparer le championnat du monde Xterra qui aura lieu le 27 octobre à Hawaï.

Après 1h57’40’’ de course, Brice Daubord s’impose devant Karl Shaw, licencié à Saint-Raphaël. Asa Shaw s’installe sur la troisième marche du podium à près de deux minutes. « Je redescends tout juste d’une grosse préparation de trois semaines à Font-Romeu, alors je manquais un peu de jus. Après une bonne saison avec le titre de champion de France cross-triathlon et une troisième place au championnat du monde, je pars à Hawaï pour la finale mondiale Xterra. Je vais continuer à disputer des triathlons classiques sur le Grand Prix FFTRI avec mon club de Saint-Jean-de-Monts, mais je commence à basculer vers cette version nature du triathlon. Quand j’étais cadet, je disputais des coupes de France de VTT, alors je me sens bien. Il me reste à travailler ma puissance et gagner en maturité physique. » 

Chez les femmes, l’Allemande Katrin Müller, habituée à jouer les premiers rôles sur le circuit européen, a largement dominé l’épreuve, dernier test avant son départ pour Hawaï. « Je suis venu pour faire une course dure sous la chaleur, confie-t-elle à Marion Lorblanchet, marraine de l’épreuve, sur la ligne d’arrivée. D’où ma surprise ce matin au départ avec le froid. Mais c’est une bonne préparation. Je me sens dans une bonne forme. C’est une très jolie course, alors à l’année prochaine. » Coralie Redelsperger (Belfort) prend la deuxième place suivie de l’Allemande Verena Eisenbarth.

Dans le Tri Relais, les deux équipes parties sous les couleurs de Mécénat Chirurgie Cardiaque se sont illustrées. En 2h2’01’’, Olivier Marceau (champion du monde de triathlon 2000), Cédric Ravanel (champion de VTT) et Laurent Boquillet (ancien triathlète pro), déjà vainqueurs l’an dernier, se sont largement imposés. Ils sont suivis à un peu plus de 20 minutes de la formation féminine de Mécénat Chirurgie Cardiaque composée de la nageuse Malia Metella (vice championne olympique du 50m et vice-championne du monde du 100m), Cécile Ravanel (championne de VTT) et d’Anne Valéro (une des meilleurs tricolores en trail).

BILAN ROC D’AZUR 2013 : Toujours plus fort

Avec plus de 20 000 participants (record battu) sur les 26 courses au programme et une fréquentation toujours aussi importante sur le salon où l’on estime à 150 000 le nombre des visiteurs, la 30e édition du Roc d’Azur s’inscrit incontestablement comme un succès.

Même satisfaction pour les 250 exposants du salon toujours ravis de pouvoir être en contact avec les pratiquants. « Cette édition a été très positive, constate Alexandre Maslin, responsable de l’épreuve chez Amaury Sport Organisation, société organisatrice de l’événement depuis 2011. Nous avons encore été gâtés par la météo. Toutes les épreuves ont été remplies longtemps à l’avance ce qui prouve que les VTTistes apprécient le Roc d’Azur et intègrent ce rendez-vous dans leur calendrier. Avec 20 000 participants, nous avons atteint notre maximum. Nous ne souhaitons pas aller au-delà afin de maintenir la même qualité de service auprès des coureurs. Bien sûr, nous allons continuer à travailler pour apporter encore des améliorations sur le service aux coureurs mais aussi aux exposants et aux visiteurs. »

Coté sportif, les modifications sur les parcours ont également été salués par les participants. Avec mention spéciale sur l’épreuve d’enduro dont le nouveau tracé a séduit tous les adeptes. Avec également le retour de la Maxima Roc Down pour la descente, le Roc d’Azur a prouvé sa polyvalence et sa volonté de rassembler toutes les disciplines de la famille VTT. « Ce fut un bon Roc d’Azur, se réjouit Frédéric Salomone, directeur sportif de l’épreuve. Nous avons eu de beaux vainqueurs. L’enduro était une de nos priorités et a donné pleine satisfaction. Nous aimerions avoir un peu plus de participants sur la Maxima Roc Down mais l’éloignement du site est un petit frein. Nous allons aussi travailler sur la cohabitation entre le Tri Roc et le VTT. Pour le reste, tous les ingrédients du succès du Roc d’Azur étaient réunis avec le beau temps, les parcours, l’ambiance. »