Catalogue 2016

133094

recherche

utmb-2013La Petite Trotte à Léon™ : Une très grande aventure au cœur du Mont Blanc !

300 km à parcourir, 33 cols à franchir, 24 000 mètres de dénivelé à gravir.
Epreuve sans classement, en autonomie complète.

Cette Petite Trotte n'a rien d'une petite balade... Des chiffres impressionnants doublés d'un chronomètre à respecter : moins de 136 heures, soit 6 nuits et presque 6 jours entiers !

La Petite Trotte à Léon, c'est un « Tour du Mont Blanc élargi », permettant de parcourir, loin des sentiers battus, les massifs environnants autour des plus hauts sommets des Alpes. Une épreuve qui se déroule sur des sentiers parfois difficiles - voir inexistants - comportant le franchissement de nombreux cols et sommets entre 2 500 et 3 000 mètres d'altitude.

Pour cette 6e édition, 92 équipes sont engagées.

Les équipes sont composées de 2 ou 3 personnes indissociables dont une au minimum doit avoir terminé, par le passé, l'UTMB®, le Tor des Géants®, une des précédentes éditions de la PTL™ ou encore l'édition 2012 de la TDS™. Les titulaires de brevets d'état ou de diplômes fédéraux (guide de haute montagne, accompagnateur, moniteur ou instructeur fédéral...) ou les coureurs ayant un palmarès de course conséquent peuvent bénéficier de dérogations spéciales.

Les équipes gèrent leur progression, leur ravitaillement et leurs temps de repos comme elles l'entendent. Pour ce faire, elles utilisent l'infrastructure des refuges et des localités traversées (pas de véhicules suiveurs ni d'équipes d'assistance).

La petite Trotte à Léon (ou PTL™) est une grande aventure qui requiert l'expérience des sports d'endurance, une bonne connaissance du milieu montagnard et de la topographie, le sens de la solidarité et l'esprit d'équipe. Le parcours - différent d'une année sur l'autre - n'est pas balisé mais simplement cartographié (traces GPS et cartes fournies). Plus d'infos sur : http://www.ultratrailmb.com/page/149/Reglement_PTL.html

Créée il y a 5 ans, quelques personnes ont fait les 5 éditions. Mais une équipe, l'équipe « Trottons Gaiement » composée de Michèle Baladi (53 ans) et d' Yves Détry (63 ans) est restée indissociable durant les 5 années et revient pour cette 6e èdition.

Yves est guide de haute montagne indépendant et habite Passy (74). Plusieurs fois finisher du North Face Ultra Trail Tour du Mont Blanc® en 35h, finisher du Tor des Géants®, il a de nombreuses expéditions au Népal, dont plusieurs à plus de 8 000m sont à son actif (Manaslu, Annapurna, Broad Peak, Xixapangma, Cho Oyu.

Michèle, médecin à Passy dans un centre de Rééducation Fonctionnelle, court régulièrement et a été Finisher sur The North Face® Ultra Trail Tour du Mont Blanc® et le Tor des Géants® avec Yves.

Questions à Yves Détry

Pourquoi revenir à chaque édition ?

« Les chemins sont à chaque fois différents. J'habite Passy et je suis guide de haute montagne, mais chaque année, les nouveaux parcours de la PTL permettent de découvrir des tracés inconnus, des nouveaux cols et des paysages exceptionnels. Je suis toujours surpris par ces découvertes, je ne connais pas tout ! Le domaine autour du Mont-Blanc entre les 3 pays est immense et grandiose ! Découvrir ses chemins en équipe avec Michèle est toujours un énorme plaisir ! »

92 équipes cette année. Malgré la grande difficulté de l'épreuve de plus en plus d'équipes s'inscrivent, pourquoi ?

« Les sentiers plus « connus » comme le tour du Mont-Blanc sont aujourd'hui aseptisés... Beaucoup recherchent autre chose : plus de nature , des chemins cabossés qui permettent vraiment de « trotter ». La Petite Trotte à Léon porte vraiment bien son nom. Car oui, pendant plusieurs jours et nuits, on trottine. C'est un véritable mot Valaisan ! Dans cette nature incroyable, loin de tout, un peu seul au monde, on regarde, on découvre et on trottine ! Il y a plus d'authencité, plus de calme aussi. »

Qu'est-ce qui est le plus difficile ?

« Peu dormir est difficile bien sûr ! La gestion de course de notre équipe oblige à des temps de sommeil pour profiter au mieux des paysages et de notre forme ! Le mauvais temps évidemment est dur. Le plus difficile est le vent qui souffle en rafale, comme l'année dernière. Nous avons été bien bousculés en 2012 ! Enfin même avec la carte et le GPS, le brouillard, la nuit et la pluie ensemble sont terribles... Enfin il faut vraiment bien gérer l'effort. Pour ma part, ma pratique tenace est sans aucun doute l'un des atouts les plus forts, comme le fait de courir toujours avec la même coéquipière ! »

Plus d'infos sur le site de l'UTMB